Mr Olivier Djè Bi Djè, Maire de Zuénoula milite pour le développement durable de sa Région

En prélude à la date du 11 Mai prochain qui va marquer la journée de reconnaissance des populations à leur nouveau maire, Monsieur Olivier Dje Bi Dje, s’est confié à nous pour parler de ses ambitions pour Zuenoula.

Monsieur le Maire, le peuple Gouro de Zuenoula qui aspire au développement comme tous les peuples vous a accordé son suffrage lors des dernières élections municipales. Quels sont les sentiments qui vous ont animé tout de suite ?

Merci de nous donner l’occasion de parler Zuenoula, cette ville située dans la partie centre de la Côte d’Ivoire, à environ 50 km de Bouaflé et à 100 km de Yamoussoukro. Pour venir à votre question, c’est un sentiment de joie mais en même temps, beaucoup de responsabilités parce que j’ai en charge le développement durable de ma région. J’ai d’ailleurs axé mes actions sur le développement durable, notamment dans les secteurs de l’éducation, la santé, l’économie, l’emploi des jeunes, l’emploi des femmes.

Peut-on dire que cette victoire était d’avance acquise face à vos adversaires ?

Comme je l’ai dit, j’ai axé mon programme sur le développement durable. Alors, je suis allé vers mes parents. J’ai parcouru tous les villages. J’ai croisé toutes les communautés. J’ai rencontré les chefs traditionnels, les mouvements de la jeunesse pour leur tenir un langage franc. J’ai partagé ma vision avec eux. Je leur ai proposé une nouvelle offre politique. Et à leur tour, ils ont fait preuve de discernement en portant leurs voix sur ma modeste personne. J’espère ne pas les décevoir à mon tour.

Quelles sont les priorités de votre mandat ?

C’est d’abord la création des emplois pour les jeunes. Nous voulons attirer des investisseurs dans la région parce que Zuenoula est une zone agricole. Nous sommes premiers producteurs de l’anacarde de la Région de la Marahoue. Nous produisons du café, du cacao etc. Il faut donc créer des usines de transformation de ces produits. Déjà on a ouvert une deuxième usine de transformation de noix de cajou qui génère 100 emplois jeunes. Nous visons 1000 emplois dans les temps à venir. Au niveau de l’éducation, Nous avons mis en place des comités d’alphabétisation afin d’aider nos mamans et papas à savoir lire et écrire pour rendre leurs productions efficientes. Nous envisageons créer une école par an. A côté de cela, il y a le nettoyage de la ville qui a commencé, on a un programme de recyclage des ordures ménagères pour éviter la pollution de l’environnement avec des plastiques. Voici ce qui est prévu au niveau de la salubrité de la ville. Nous n’allons pas oublier la question de réparation de la voirie et bien d’autres chantiers que nous allons entamer selon nos moyens.

Vous êtes élu sous une étiquette d’indépendant. Quels sont vos rapports avec les autres candidats des partis politiques sur place?

C’est vrai que j’ai été élu en indépendant mais cela ne veut pas dire que nous n’avons pas de liens avec un parti politique. Ce qu’il faut retenir, c’est que nous avons des rapports cordiaux avec tout le monde, y compris les autres candidats de partis. Je suis ouvert à tous. Dans mon groupe, on a toutes les sensibilités politiques. Moi mon combat, c’est le développement durable de ma région, c’est le bien-être de mes parents. Je crois surtout que c’est pour l’unité à Zuenoula. C’est d’ailleurs pour cela que je travaille avec le pouvoir central, les sous-préfets, préfets, chefs des communautés etc. Cela est important pour notre région et pour la Côte d’Ivoire entière. On devrait mettre de côté nos chapelles politiques quand il s’agit de développement. On parle d’union-discipline-travail, mais on a remarqué dans notre pays qu’il n’y a que le travail. On n’a pas de discipline ni d’union. Et c’est vraiment dommage.

Contrairement à d’autres élus, votre investiture s’est faite sans tapage. Pourquoi?

Je n’aime pas vraiment les bruits. Je suis sobre et simple. J’ai donc pris fonction sans tapage à la suite d’une passation de charge qui s’est faite tranquillement. L’équipe sortante a présenté son bilan. J’ai apprécié bien d’un côté et mal d’un autre. Mais pour moi ce qui importe, c’est le travail, le développement qui m’intéresse. Pas les tapages inutiles.

Comment expliquez-vous cette complicité que vous avez avec la jeunesse de chez vous?

Je lui tiens simplement un langage de vérité dans lequel elle se reconnaît. C’est pourquoi, elle me fait confiance et me prend comme un modèle. Sinon, il n’y a pas de secret. Je ne leur tiens pas un discours démagogique plutôt un discours de franchise

On parle d’une grande fête qui se prépare à Zuenoula pour le 11 Mai prochain. Pouvez-vous nous en dire un peu plus?

Effectivement une fête se prépare le 11 Mai dans la région, mais il faut dire que je ne suis pas vraiment l’initiateur. Ce sont les villageois qui ont décidé de fêter leur nouveau maire. Lors de ma campagne, j’ai pu aider 7 villages à avoir de l’électricité. Alors en retour ils veulent me dire merci à leur manière, surtout aussi qu’ils ont fait une bonne récolte d’anacarde. Ils ont décidé de célébrer ce moment de joie. Et, comme la région est pleine d’artistes, ce sont tous ceux-là qui ont décidé de faire du 11 Mai « le jour de la grande joie à Zuenoula ». Un peu comme une journée de reconnaissance à ma personne. Ce sera une journée de joie, de partage, de solidarité.

Vous allez saisir cette occasion pour en faire un festival annuel?

Pourquoi pas. Vous savez que le peuple Gouro est un peuple de culture. Aussi cette fête n’est pas seulement pour les Gouros, toutes les autres communautés avec lesquelles nous vivons sont impliquées. Il y aura donc des danses de masques, des prestations d’artistes, des expositions etc…On aura des invités qui viendront fêter avec nous. En tout cas ce sera un grand moment de joie. Je voudrais inviter tout le monde à venir à notre fête qui est une fête de solidarité, de partage. Quand on donne sans en attendre quelque chose en retour, on reçoit des bénédictions. Il faut penser à son prochain, et partager autour de soi.

Quel est votre plus grand rêve pour Zuenoula ?

Mon plus grand rêve, c’est de voir les jeunes épanouis, avoir des emplois, avoir une vie agréable, avoir des activités économiques florissantes, vivre en harmonie avec les autres communautés. C’est un rêve réalisable.

Neumann TETI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici