Gnagna Zadi, président de l'intersyndicale des fonctionnaires de C.I interpelle le gouvernement

 L’école ivoirienne tourne mal depuis bientôt deux mois. Même si on observe une nette accalmie ces derniers jours au niveau des manifestations, il n’en demeure pas moins que le mal persiste. Les cours sont toujours perturbés dans beaucoup d’établissements scolaires du pays. Ni le gouvernement, ni les enseignants ne veulent céder. Malgré les appels des parents d’élèves et les élèves eux-mêmes, rien n’a évolué dans la normalisation de la situation. Face à cette situation inquiétante, M.Théodore Gnagna Zadi, président de la plateforme et de l’intersyndicale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire est monte au créneau pour faire des propositions de sortie de crise. En effet, selon lui, « il faut créer les conditions d’apaisement par le reversement des ponctions salariales et salaires sous contrôle, ainsi que la levée du blocage des comptes bancaires. » Ensuite, poursuit-il, » Il faut accélérer également l’adoption des décrets d’application et particulièrement celui qui va définir les taux des indemnités (impliquer les syndicats dans les débats sur la définition de ces taux). »Les autres questions selon lui, notamment la question de suppression des cours de mercredi, le profil de carrière, les taux d’examen, etc. pourraient être débattus sereinement avec des concessions de part et d’autres. Autre solution proposée par le président de la plateforme est la libération des syndicats emprisonnés. Pour terminer, Gnagna Zadi invite le gouvernement à poser les pas qui rassurent et invite les camarades à la mesure.

 Neumann TETI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici