Développement/ Bitumage/ Qui va sauver Kouibly ?

0
735
(photo d'archive) Le maire de Kouibly Zaé Alexis, à son investiture en présence du Ministre Adjoumani, cristallise l'espoir d'un peuple qui veut voir les choses changer positivement.

Le département de Kouibly a pourtant cristallisé tous les espoirs. En effet, Kouibly devint une sous-préfecture dès les indépendances, en 1961, commune déjà en 1985 et chef-lieu de département depuis 2001. Une situation administrative assez avantageuse à l’époque qui aurait pu favoriser l’essor économique de cette riche localité. Que nenni ! Kouibly n’a pas arrêté de sombrer pendant toutes ces années, sérieusement enclavée qu’elle est malgré ses potentialités énormes. Si les raisons de ce malheureux retard sont diverses, il faut pouvoir reconnaître que c’est le manque des routes qui est le problème principal de Kouibly. Ici, on saisit tout le sens de l’adage ‘’la route précède le développement’’. En effet, Kouibly manque de façon criarde d’infrastructures routières, précisément de bitume. Souvent reprofilé, le tronçon Kouibly-Man reste toujours un parcours difficile pour les usagers de la route. Les pistes Kouibly-Bangolo et Kouibly-Duekoué le sont encore plus. L’enclavement que crée ce manque de routes praticables a évidemment un impact assez négatif sur le quotidien des habitants et leurs activités. C’est certainement ce qui amène un fonctionnaire en poste à Kouibly dire ceci : « Comme beaucoup d’autres fonctionnaires ou agents de l’Etat en poste ici, je pense que c’est forcément une sanction que d’être affecté à Kouibly ». En effet, tout manque dans la commune, même pour le confort d’un travailleur moyen. Outre les récurrentes coupures d’électricité et d’eau, l’offre de services publics, surtout bancaires, est très maigre à cause du manque criard de logements et parfois la précarité de la sécurité. L’offre hôtelière est quasi-inexistante et l’espace ‘’Ali Baba’’ semble être le seul espace de divertissement où travailleurs et fonctionnaires, à l’occasion de rencontres bacchanales, tentent d’oublier toute cette précarité. Mise sous tension à l’époque de l’ancien maire Guei Massa, le maigrichon réseau électrique, le château d’eau suranné, la modernité même de cette ville semble avoir été figée dans le temps. Et pourtant, le constat des potentialités énormes de Kouibly est partagé par tous ceux qui connaissent cette localité.

Les potentialités de Kouibly

 La richesse du sol du département de Kouibly n’est plus à prouver. C’est une grande zone forestière propice à de nombreuses cultures agricoles. Kouibly est réputée pour ses productions de banane, riz, Ignames, gombo, aubergines etc., sans oublier le poisson d’eau douce, le Café et le Cacao. Autant de productions qui parfois, pourrissent dans les campements du fait de leur difficile accès. Cette grande production agricole confère à Kouibly le ‘’Statut de grenier de l’Ouest’’. Alors, quand on sait que l’Ouest est le grenier de la Côte d’Ivoire, on comprend aisément l’importance de Kouibly. La campagne, par exemple, de commercialisation du Café et du Cacao, au titre de l’année 2015 qui avait souri à la Société Coopérative Agricole Sinikan(Scoopas) de Traoré Mamadou Lamine dit ‘’Malamine’’ bien connu à Kouibly avec ses 7.160 tonnes de cacao- et café pour un chiffre d’affaires global de 6 451 255 250 Fcfa, selon le site Afriqueessor.com, souligne le rôle hautement essentiel que joue Kouibly dans la région.

Les freins

 Les résistances au développement de Kouibly sont principalement la mésentente des cadres et le problème de leadership. Il apparait évident que c’est la mutualisation des forces qui fait avancer tout projet. Mais Kouibly plie sous le joug d’adversités diverses et de luttes intestines. L’ancien maire Seydou Monpoho nous confiait avec dépit à l’époque de sa mandature que certains cadres refusaient de construire des maisons ou d’entreprendre à Kouibly parce que c’était lui le maire. Par ailleurs, le village de Touandrou-Gbéan a connu les affres de la rivalité entre l’ancien maire déjà cité et l’actuel maire Alexis Zaé, tous deux candidats aux dernières municipales. Les exemples sont nombreux et cela impacte négativement la marche de cette localité vers le développement.

Les espoirs

Les raisons d’espérer de voir Kouibly prendre son essor sont nombreuses. C’est pour cela, il convient d’identifier deux symboles forts d’un nouveau départ de la commune et du département. Il s’agit du nouveau marché de Kouibly à mettre à l’actif du bilan de l’ex-maire Seydou Monpoho et la banque du Trésor de Kouibly dont la construction vient de s’achever et qui a été impulsée par M. Alexis Zaé, alors simple cadre du département. Aujourd’hui, plus que jamais, Kouibly a besoin de toutes les forces vives pour son développement.

 Associations de cadres

 Le développement de Kouibly est, évidemment, d’abord l’affaire des populations et des cadres de Kouibly. Il faut pouvoir déjà saluer l’initiative d’une association comme l’Association des Cadres Unis et Solidaires de Kouibly (A.C.U.S.KO) dirigé par le Commandant Bahi Antoine des Douanes Ivoiriennes et qui représente une véritable plateforme de boost de synergies de développement. Mais les buts et actions de cette structure entretiennent encore le doute dans l’esprit des populations de Kouibly du fait de sa léthargie. Clément Bayé, communicateur, n’exprime rien d’autre dans sa publication sur la page Facebook de Kouibli Nouveau, le 26 février 2019 dernier : « Depuis environ 1 an, le département de Kouibly a enregistré l’Association des Cadres Unis et Solidaires de Kouibly dont les objectifs sont, entre autres, fédérer les énergies des fils et filles de Kouibly pour le développement vrai, durable de Kouibly dans la solidarité. Le Commandant Antoine Bahi, cadre de la sous – préfecture de Totrodrou a été élu président de ladite association. Un bureau exécutif respectant les règles de l’art a été constitué. Mais depuis lors, point de nouvelles de notre A.C.U.S.KO ». Il a terminé sa publication avec une série de questions qui ont pour but d’interpeller cette association. « Où est passée l’A.C.U.S.KO ? Que devient-elle ? L’A.C.U.S.KO est-elle morte ou vivante ? Qu’est-ce qui justifie ce mutisme significatif et prolongé de l’ensemble du bureau exécutif ? Président Antoine Bahi, dites-nous tout ! Haut du formulaireBas du formulaireLe peuple de Kouibly vous écoute monsieur le président !», déclare-t-il. Il faut ajouter les mutuelles de développement qui sont des groupements assez flexibles pour apporter le développement mais de nombreuses mutuelles sont plutôt devenues des caisses sociales pour fêtes et funérailles.

 La Diaspora

La diaspora de tous les peuples ont été souvent leurs remparts face aux défis de l’heure. La question évidente face à l’urgence du développement de Kouibly est la suivante : Où est la diaspora de Kouibly ?

Les planteurs et sociétés coopératives

Le développement de la production agricole à Kouibly devrait tirer le développement. La société Coopérative de M.Malamine citée plus haut nous en donne l’exemple avec la construction d’une école primaire à Kouibly et une grande implication dans le centre de Santé du village de Takourably. De grands producteurs à l’image de M. Siékoua Mathias, qui font la fierté de la région, ont tous la responsabilité du Kouibly que tout le monde rêve.

La Mairie

L’élection de M. Alexis Zaé en tant que premier magistrat de la commune de Kouibly n’est évidemment pas fortuite. C’est un fils de la région qui a montré pendant des années son engagement pour le développement en menant justement plusieurs actions de développement dans le département, notamment dans l’éducation et dans la santé. Il faut lui reconnaître de nombreuses connexions salutaires surtout dans les milieux du Pouvoir pour atteindre ses objectifs pour le bien-être de Kouibly. C’est à juste titre que lui et son équipe représente un véritable espoir pour la commune et même pour le département.

Le Conseil Régional du Guémon

La nouvelle équipe du Conseil Régional du Guémon avec à sa tête le Dr Serey Doh Célestin cristallise tout aussi bien les espoirs du département de Kouibly. Fou de développement, Adjaro a montré son attachement à la région du Guémon pendant ces dernières en poussant la région par des actions notables de développement.

Les premières figures politiques de l’ouest

La première figure politique dont le Wê doit être fier aujourd’hui est la Ministre Anne Ouloto qui a toujours répondu présent pour son peuple. Il n’est pas déplacé d’attirer son attention sur le problème de la route à Kouibly. L’autre figure politique est évidemment le Ministre Mabri Toikeusse qui a régulièrement à travers conduit des projets de développement. Kouibly mérite de mobiliser tous les efforts.

L’Etat

L’espoir ultime pour les populations de Kouibly reste l’Etat vers lequel tous les regards sont tournés. L’émergence de Kouibly va apporter un coup d’accélérateur à tout l’Ouest et à la Côte d’Ivoire car ce département est essentiel dans la politique agricole du pays.

Rappelons que le département de Kouibly est composé de quatre (4) sous-préfectures : Kouibly, Nidrou, Ouyably-Gnondrou et Totodrou avec une cinquantaine de villages et campements. Il est, par ailleurs, grand temps que la nouvelle équipe municipale et celle de la région se penchent sur l’absurdité de voir les habitants de Kouibly passer par la ville de Man dans la région Tonkpi pour rejoindre leur chef-lieu de région, Duékoué dans le Guémon alors qu’il existe des accès qu’il suffit de valoriser entre Kouibly-Duekoué et Kouibly-Bangolo.

 Constant Guei

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici