Zoku’o Gbëli (1835 – 1912)/Guerrier, Stratège et homme politique Bété

0
96
Zokuo Village
Zoku’o Gbëli, La légende

Nul n’a marqué l’histoire précoloniale de Daloa autant que le guerrier Zoku’o Gbëli. En mars 1902, il a accordé une large hospitalité à Georges Thomann, commandant de cercle de Sassandra, en mission d’exploration en pays Bété. En février 1905, le lieutenant Pierre, le Dr Combe et Gustave Gateuril (Gatehi pour les Bété) ont séjourné chez lui. Lorsque Gateuil crée le poste de Daloa en 1905, Zoku’o Gbeli espérait se servir des balances pour consolider son pouvoir. Mais comme leur présence se prolongeait et qu’ils devenaient de plus en plus exigeants et arrogants, le Galebhai (natif de Galebha) appela les Bété à l’insurrection en 1906 et 1907. Arrêté le 14 octobre 1911 pour rébellion et agitation, Zoku’o Gbëli est déporté à Zuénoula ou il mourut le 15 avril 1912.

Les fondements du pouvoir de Zoku’o Gbëli 
La société Bété a été fortement transformée au milieu du XIXème siècle par les échanges commerciaux en direction du nord. Gbëli a eu le mérite d’exploiter les conditions d’intégration politique de la région. Son pouvoir était fondé sur quatre grandes bases, religieuses, militaires, économiques et politiques.

Le fondement religieux
Selon le Yakasanyo Drei’e Dogbo (son griot traditionnel), Zoku’o Gbëli accéda très tôt au pouvoir grâce à un don magique. Dans son adolescence il préférait sa propre cuisine. Tous les jours, après le repas du soir, il épluchait des bananes et déposait une barre de sel parmi les peaux de banane avant de se coucher. Les moutons et cabris du village se bousculent chez lui pour manger de belles peaux de bananes et sucer le sel à satiété. Un jour, de retour des champs, Zoku’o Gbëli surpris les moutons et cabris en pleine conversation, au détour du chemin. Ce soir, disaient-ils : « rendons-nous tous au domicile de Zoku’o Gbëli pour nous régaler, ce Zoku’o Gbëli qu’on croit imbécile règnera. Il mourra dans la gloire. Son heure arrive. Dans trois jours une guerre va opposer Zakawa, ses parents maternels et Gbëtitapea. Son oncle, le richissime Zako Tapê Duwole en mourra. S’il y consent et prend en héritage une génisse, il règnera. Il mourra dans la gloire ». Ainsi dit, ainsi fait. Il vengea la mort de son oncle en tuant le guerrier en chef des Gbëtitapea, Bolu’o You. Il épousa Nêmê Zele’ê Ceakwa de Sable, la plus prestigieuse des veuves. La génisse qu’il eut en héritage mis bas deux veaux par portée. Tous les villages de Daloa le sollicitèrent pour faire la guerre moyennant un bœuf et une femme par combat. Il devint alors très riche et très célèbre. Le courage et la valeur militaire avaient favorisé la renommée de Zoku’o Gbëli…

Source : le site de la mairie de Daloa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici