CAVALLY-GUEMON / Humanitaire Bientôt une polyclinique de 5 milliards Fcfa

0
101
Armand ZAHON, président fondateur de l'ONG Adewê

Récemment les membres de l’ONG ADEWÊ se sont retrouvés dans la ville de Duekoué pour dresser le bilan à mi-parcours des activités de leur structure. Plusieurs sujets ont été débattus, surtout le projet d’une Polyclinique…

L’occasion a été donnée à Armand ZAHON, président fondateur de l’ONG Adewê d’indiquer à quel niveau se situe les démarches du projet de construction de la Polyclinique inter-régionale du Cavally et du Guémon. À ce sujet, le responsable de l’ONG a rassuré que la sortie de terre de l’édifice sanitaire ne saurait tarder. «  Les nouvelles sont bonnes pour le projet, les démarches avancent. Aujourd’hui, un partenaire a décidé préfinancer la construction de la polyclinique à hauteur de 5 milliards Fcfa en lieu et place du devis des 35 milliards qui nous avaient été proposés au préalable par une autre structure. Le bâtiment va s’étendre sur 4 hectares, la parcelle est déjà disponible à Pinhoun, village choisi pour abriter la construction », a-t-il annoncé. Ces informations ont suscité un tonnerre d’applaudissements des membres. En plus de la Polyclinique, l’ONG a mis en place une mutuelle de santé dénommée (MURSA). Aux dires du responsable d’Adewê, cette Mutuelle donnera l’occasion aux populations de se soigner à moindre coût pour un montant de 20.000 FCFA l’année. Poursuivant, Armand ZAHON a précisé que les actions de sa structure visent à appuyer la politique de gratuité de soins aux populations initiée par  l’État de Côte d’Ivoire. Il est également bon de rappeler que l’ONG a décidé d’œuvrer plus en faveur des régions du Cavally et du Guémon du fait que les populations de ces zones ont le plus souffert des crises Ivoiriennes.

     Cependant tous ces projets envisagés pour voler au secours des populations vulnérables ne peuvent aboutir si et seulement si l’Ouest demeure dans un climat de paix d’où cet appel d’unité   d’Armand Zahon aux filles et fils du Cavally et du Guémon. «   C’est vrai la politique est un lieu d’expression, mais elle ne doit pas diviser nos élus et cadres. C’est pourquoi nous invitons les enfants du Cavally et du Guémon à faire la paix avec eux-mêmes d’abord puis étendre la cohésion sociale à nos frères allogènes et allochtones. À notre niveau, nous avons organisé des plates-formes pour  propager la culture de la paix, la réconciliation est possible avec tous les acteurs politiques de nos régions. Une volonté de part et d’autre suffit pour que les choses avancent dans ce sens. Tout ce que nous envisageons pour le développement ne peut se réaliser seulement que dans un climat de paix. C’est donc la main dans la main que nous y parviendrons »,  a-t-il lancé.

Herman Goué

Correspondant

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici